Test du set Lego Ninjago 71746 le dragon de la jungle

La review du set Lego Ninjago 71746 Le dragon de la jungle

Vous le savez si vous lisez ce blog, j’ai beau collectionner le Star Wars, j’ai parfois des coups de cœur pour certains sets de la gamme Ninjago, notamment pour les dragons. Après le très bon set 71721 et son dragon squelette médiéval, c’est au tour du set 71746 de rejoindre ma collection. Ce set de 506 pièces vendu 39,99€ permet d’assembler un dragon plus modeste, mais original avec son allure de lézard.

La construction du set Lego Ninjago le dragon de la jungle

Les 506 pièces du set sont réparties dans quatre sachets, et une planche de stickers les accompagne. On commence par construire la petite planche à voile qui accompagne le set avant d’attaquer le dragon, selon le principe habituel corps-queue-pattes. La construction ne pose aucun problème, on retrouve les techniques habituelles de ce type de set, que ce soit pour les tronçons de la queue ou les pattes. Seule originalité, le corps en deux parties positionnées selon un angle de 45°.

Niveau inventaire, on est servi, avec plein de pièces turquoises, une couleur assez rare chez Lego, qui ne sont disponibles que dans une poigné de sets.

Le dragon de la jungle

Comme dit en introduction, se dragon ressemble beaucoup à un lézard. C’est voulu, et l’effet est réussi. Le corps plié au milieu donne une impression d’agilité, et le code couleur vert d’eau et doré donne un côté tropical à la créature, et la langue qui dépasse rappelle celle des geckos. Seule la présence d’ailes et de cornes évoque un dragon. Je trouve ce design très réussi et original. Il change des dragons plus classiques auxquels la gamme nous avait habitués, tout en étant crédible dans son genre.



Contrairement à la plupart des derniers dragons Ninjago, le designer a choisi d’utiliser une tête moulée plutôt que brick-built. Le rendu est bon, et les motifs imprimés contribuent à donner du caractère au dragon. Les motifs de la tête se retrouvent aussi sur le corps grâce aux neuf stickers du set. Il est possible de s’en passer si vous préférez garder les pièces brutes, les stickers n’apportant pas grand-chose à l’esthétique de ce set. Ils ont d’ailleurs, comme c’est souvent le cas, une couleur de fond légèrement différente de celle des pièces.

Les fonctionnalités du set se limitent aux articulations de la machoire, des pattes (articulées à l’épaule et au poignet), du cou, des ailes (montées sur rotules) et de la queue selon le principe habituel des tronçons. On pourra donc mettre le dragon dans la position souhaitée, mais la queue a tendance à se replier par gravité à cause de la position relevée du bassin. L’effet est beaucoup moins gênant que sur d’autres dragons Ninjago, le designer ayant limité l’amplitude de l’articulation des tronçons de queue pour l’empêcher de se replier complètement contre le corps. Il n’y a en revanche aucune roue à manipuler pour actionner la queue, contrairement à d’autres dragons Ninjago. Les quatre pattes se terminent par trois griffes articulées. Le set contient aussi une petite nacelle qui se fixe sur le dos du dragon pour y placer une figurine.

En plus du dragon, le set propose une petite construction secondaire, une planche à voile aux couleurs de Zane. D’une construction plus sophistiquée que nécessaire, elle sert à ajouter un élément de jouabilité au set avec ses deux lance-tenons. On notera la présence d’une pièce dorée tampographiée avec un shuriken, et de deux antennes rondes couleur or en dessous.

Quatre figurines, mais pas d’exclusivité

njo682 Loyd de l’Île

La première figurine du set est Lloyd, dans sa tenue d’exploration, avec impression de feuilles et motif camouflage sur fond vert, sans oublier bien sûr, la ceinture de kimono pour coller au thème Ninja de la gamme. La tête dispose des habituelles deux expressions, et la pièce de cheveux est moulée en bi-injection avec un bandeau vert. Au niveau des accessoires, la figurine est fournie avec un foulard, une épaulière dont la partie arrière permet de ranger un sabre, et un deuxième sabre couleur or. Comme d’habitude dans la gamme, la figurine du héros est bien réalisée, mais manque un peu d’originalité.

njo684 PoulErik

La deuxième figurine nommée PoulErik est plus intéressante. Il s’agit d’un des membres de la tribu des Gardiens. La figurine est très belle, avec ses pièces couleur lavande qui reçoivent une impression de qualité sur le torse et les jambes, avec une armure et des pierres. Cette figurine dispose de deux têtes montées l’une sur l’autre (avec deux visages différents), le tout surmonté d’une queue de cheval. C’est probablement une des meilleures figurines de cette vague de sets Ninjago, originale et bien réalisée. Elle était à l’origine exclusive à ce set, mais elle a également été distribuée dans un polybag.

njo686 Gardien du Tonnerre

La troisième figurine, le Gardien du Tonnerre, est un autre membre de la tribu qui apparait dans la série. Elle est faite des mêmes pièces de torse, tête et jambes que PoulErik, mais elle reçoit un masque tribal, une nouvelle pièce, qui rend l’ensemble très réussi. Cette figurine incarne très bien l’inspiration îles du pacifique dont s’inspire la gamme pour cette saison. C’est la plus courante des minifigs de cette vague de sets, mais elle reste très appréciable.

njo687 Zane de l’Île

La dernière figurine est la déclinaison de Zane en tenue d’exploration. Contrairement à Lloyd, l’aspect camouflage est moins présent et c’est le côté robotique qui est mis en avant par les impressions du torse et le bras gris métallisé. Comme toujours sur les ninjas de la gamme, une ceinture de kimono complète la tenue. La tête de la figurine est aussi grise métallisée, avec un seul visage, l’arrière recevant une impression mécanique. Un carquoi et un arc complètent la figurine.

Mon avis sur le set 71746 le dragon de la jungle

Pour conclure, je dirai que j’aime beaucoup ce dragon. Le set est bien construit et allie originalité du modèle très inspiré des lézards tropicaux, et une finition très propre avec les pièces turquoise et or. Proposé 39,99€ pour 506 pièces (8 centimes la pièce) ce set propose un bon rapport qualité prix dans la norme Ninjago. Bien qu’il soit destiné à un public jeune pour le jeu, ce set a des arguments pour convaincre un AFOL, que ce soit pour l’exposer, pour les figurines ou même pour récupérer les pièces turquoise, assez rares, si vous êtes portés sur les MOCs.

  • L’originalité de ce dragon inspiré d’un lézard tropical
  • Les pièces turquoises en quantité
  • La queue qui ne se replie pas contre le corps
  • Pas de figurine exclusive
Temple of Bricks

Collectionneur de Lego Star Wars, j'ai créé ce site pour partager ma passion et aider les AFOLs à acheter leurs sets et minifigs moins cher

Autres articles de cette catégorie

Test du set Lego Speed Champions 76911 James Bond 007 Aston Martin DB5

On termine les reviews des Speed Champions d'août 2022 avec le set 76911 Aston Martin DB5, la voiture mythique de James Bond

lire l'article

Test du set Lego Speed Champions 76912 Fast & Furious 1970 Dodge Charger R/T

La review de la première voiture sous licence Speed Champions avec la 1970 Dodge Charger R/T du film Fast & Furious

lire l'article

Test du set Lego Speed Champions 76902 McLaren Elva

Avant d'attaquer les Speed CHampions d'août 2022, petit retour en arrière avec le set 76902 McLaren Elva, une voiture au design original

lire l'article